mardi 25 novembre 2014

Mission violine!

Bon.

Il me semble qu'on a déjà parlé de pas mal de choses, sauf de henné. Et c'est pourtant pour avoir quelqu'un à qui casser les oreilles avec mes histoires de popottes que j'ai installé ce canapé!

Donc ce soir, on s'y met!

Quand Cindy m'a demandé de m'occuper de ses cheveux, elle était rousse chimique depuis des lustres.


Et parce que ma bisounette ne veut jamais que des choses très compliquées, elle a décidé que ses cheveux seraient mauves. Rien que ça.

Mon truc à moi c'est le rouge, donc il a fallu plonger dans de grands livres poussiéreux, interroger de très vieilles dames avec des verrues sur le nez et des chapeaux pointus... et passer quelques heures sur le net.

Parce que je suis gentille (si si) je vais t'épargner ces longues et pénibles recherches et t'apporter, là, tout cuit, direct dans ton joli petit bec, les résultats de mes expérimentations.

Lorsque je recherche une couleur particulière et que je compte essentiellement sur l'infusion que je vais ajouter à mon henné pour y parvenir, je le prépare suivant une technique un peu différente. En effet, je forme une boule de pâte très épaisse, avec le moins d'eau (minérale ou déminéralisée) possible. Ca ne facilite pas le touillage, mais c'est bon pour le gras du bras. C'est cette boule que je laisse reposer le plus longtemps possible, sous cellophane et au chaud (sur un radiateur en hiver, au soleil en été). Au moment de l'application, je prépare mon infusion de plantes tinctoriales et je l'ajoute très progressivement à ma boule de henné. J'ai constaté que cette technique permet d'obtenir de bien plus beaux résultats.

Si tu as bien suivi tu sais que Cindy était rousse, il fallait donc sacrément foncer sa couleur en plus de lui apporter des reflets violines. Pour cela, je suis partie sur un mélange de hennés foncés (15gr de henné du Rajasthan, 15gr de henné du Yémen et 5gr de Tazarine) que j'ai laissé reposer 48h pour permettre un développement optimal des pigments.

Au moment de l'application j'ai préparé dans un bol une bonne cuillère à café de bois de campêche sur lequel j'ai versé 150ml d'eau bouillante. J'y ai ajouté une cuillère à café de bicarbonate de soude (magie!), et j'ai laissé infuser environ 1/4 d'heure.

Malgré des dizaines de hennés, c'est seulement ce soir, au moment où je te raconte tout ça, que je réalise que pour éviter que mon infusion refroidisse il suffirait que je la dépose sur le radiateur pendant ce quart d'heure fatidique. Puisque je n'y avais pas pensé avant, jusque là je la réchauffais légèrement au bain-marie avant de l'ajouter au henné. Soit.

Je ne filtre jamais les infusions, les petits résidus de poudres pénibles à rincer ne me font même pas peur et je pense que ce serait dommage de risquer de se priver d'une partie de leur efficacité.

J'ai ensuite ajouté les actifs hydratants et procédé à l'application (sans blague). Cindy a passé 5h encellophanée et enserviettée, nous avons rincé...

Tadam!


Un beau bordeaux aux reflets violines!

2 commentaires:

  1. Dis tu veux pas t'occuper de ma tignasse hein s'tepléééééééééééé Foufie!!
    Elle doit être ravie la bisounette!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben, et le gras de ton bras ma belle?!

      Supprimer

Problème? Question? Remarque? Suggestion? C'est par ici!